samedi, 22 août 2015 22:10

Jeunesse protestante et préservation de la paix pour un Cameroun émergent

Written by 
Rate this item
(0 votes)

Tel était le thème de la célébration de la 49ième Fête de la Jeunesse dans notre pays il y a quelques semaines. Une question peut être posée, celle de savoir pourquoi ce thème à l’occasion de la Fête de la Jeunesse ?

Toute la communauté nationale et internationale est sans ignorer que notre pays connaît depuis quelques temps, des soubresauts exogènes inquiétants. Une guerre asymétrique et obscurantiste nous est imposée à l’Extrême-Nord par la secte diabolique Boko-Haram, et dans la Région de l’Est, le Cameroun est victime des attaques sporadiques de bandes armées, dans les localités frontalières avec la République Centrafricaine, du fait de l’instabilité dans ce pays voisin.

Voilà autant de raisons qui justifient le choix du thème de la célébration de la Fête de la Jeunesse 2015 dans notre pays.

Face à cette réalité dont est victime le Cameroun, le Gouvernement Camerounais, depuis le déclenchement de cette guerre au septentrion, tout comme des attaques à l’Est, a pris des dispositions pour que l’intégrité du territoire ainsi que la sécurité des personnes et des biens, ne souffrent d’aucun mal. L’armée camerounaise, valablement représentée par des jeunes en majorité, fait des exploits en repoussant l’ennemi et en le mettant hors d’état de nuire. Les pays africains et particulièrement ceux de la CEEAC, réunis à Yaoundé le 16 Février dernier, ont décidé de faire bloc pour contrecarrer les incursions et les assauts de cette nébuleuse secte machiavélique, qui a décidé d’étendre ses actions barbares au Niger et au Tchad. Le peuple camerounais, et particulièrement sa jeunesse, doit-il croiser les bras devant ce défi de préservation de la paix, à une période cruciale des premiers pas du pays vers l’émergence ?

Le Cameroun, comme la plupart des pays africains, est considéré comme un pays jeune, ceci du fait que la jeunesse qui représente une grande proportion de sa population globale. En effet, d’après les récentes données démographiques issues du recensement de 2005, plus de 65% des vingt millions d’habitants que compte le Cameroun, sont âgés de moins de 25 ans. Ceci peut en même temps être aussi bien un atout qu’une menace pour nos sociétés en pleine mutation.

Dans un contexte où la jeunesse camerounaise souffredes affres du chômage et dela pauvreté, la propension des jeunes à se rebeller ou à se révolter pour exprimer leur ras de bol, peut éclore. Il est bon d’observer que, ce n’est pas le moment ni même la manière par laquelle la jeunesse aura la solution à ses problèmes. En outre, ce n’est ni dans un environnement de guerre que le mieux-êtrepromis par les gouvernants pour l’émergence du Cameroun sera rendu possible. D’ailleurs, le Chef de l’Etat l’a si bien dit dans son discours de fin d’année 2014 : « Il n’y a pas de paix sans sécurité et pas de développement sans paix ».Au vu de ce qui précède, qui mieux que la jeunesse peut assurer cette mission de paix et de développement ?

La jeunesse camerounaise en général, et la jeunesse protestante en particulier, a le devoir patriotique et chrétien de se mobiliser pour booster la culture de paix dans notre pays. Dieu n’a-t-il pas dit au peuple d’Israël, premier destinataire de la prophétie et à nous aujourd’hui : « Recherchez la paix de la ville dans laquelle je vous ai exilés et intercédez pour elle auprès du Seigneur, car votre paix dépendra de la sienne ? » (Jérémie 29:7)Il est donc établi que la paix,résultat de l’absence de guerre d’une part, et du sentiment de quiétude et de bonheur d’autre part, sont la conséquence de l’état de l’environnement qui nous abrite. Autrement dit, la jeunesse doit rechercher la paix en évitant les actes de violence, de rébellion, de soulèvement. Elle doit s’abstenir de tenir des discours d’incitation à la violence et d’adopter des comportements préjudiciables à la paix. On peut citer entre autres : le refus catégorique face à toute proposition de recrutement de la secte Boko-Haram, ou de toute autre secte œuvrant pour la déstabilisation du pays, la dénonciation de toute personne ou de toute organisation terroriste autour de soi.

Bien plus que par le passé, la jeunesse doit être un exemple rayonnant et entraînant de probité et de rectitude morale, un modèle dans la crainte de DIEU. C’est à dessein que l’ancien Président A. Wade du Sénégal disait « Dis-moi quelle jeunesse tu as et je te dirai quelle nation tu seras». Si la jeunesse, comme le disait l’Apôtre Paul, est un modèle en foi, en conduite et en amour, elle fera des exploits dans cette nation et l’émergence que nous souhaitons de tous nos vœux, sera une réalité. Cette émergence passera aussi par le concours des pouvoirs publics de qui la jeunesse encourage la création des cadres institutionnels, politiques, sociaux et économiques pouvant provoquer un développement harmonieux et prospère de celle-ci.

Pasteur Proposant

DJOMO NKWILANG Christian

Secrétaire Exécutif

Département Jeunesse/CEPCA

Read 66099 times Last modified on vendredi, 18 septembre 2015 17:11

Faire un Don en ligne

Newsletter CEPCA

Abonnez pour pour recevoir régulièrement nos nouvelles et celles de nos membres

Contacts CEPCA

Secrétariat général

BP : 491 Yaoundé
Tel : 22 23 81 17
Email :
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Département communication

BP : 1405 Yaoundé
Tel : 22 22 81 19

E-Mail :
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Nos partenaires

Galerie média

Facebook Like Box