Guide sur le syndrome de Skeeter

Le syndrome de Skeeter est une allergie dont les effets et la fréquence sont très méconnus. Cependant, tous ceux qui ont une fois contracté cette allergie peuvent témoigner à quel point elle compromet le bien-être de l’homme. Voici donc un dossier complet sur ce trouble aux effets néfastes pour la santé.

Qu’est-ce que le syndrome de Skeeter ?

De jour comme de nuit, l’on est généralement exposé aux piqures des moustiques. En effet, lorsqu’ils vous piquent, ils laissent dans votre organisme des protéines présentes dans leur salive. Dans la majorité des cas, ces piqûres ne sont pas dangereuses. Elles provoquent seulement une reaction normale temporaire qui peut durer quelques jours, mais finira par disparaitre sans traitement. Cependant, certaines personnes ont tendance à avoir des réactions plus fortes après ces piqûres. C’est également le cas pour les enfants et les personnes âgées dont le système immunitaire est plus faible.

Ces réactions allergiques aux protéines contenues dans la salive moustique constituent ce que l’on appelle le syndrome de skeeter. Il est non contagieux.

Les symptômes du syndrome de Skeeter

Les symptômes du syndrome de Skeeter sont souvent confondus à ceux d’une infection cutanée, car ils sont trop similaires. Généralement, la piqûre des moustiques entraîne des rougeurs ou des démangeaisons sur la peau de la personne atteinte du syndrome de Skeeter. En effet, ces rougeurs qui sont en réalité les morsures des moustiques sont volumineux et enflés. Lorsque vous souffrez de cette allergie, vous remarquerez que les rougeurs tendent au toucher.
L’une de leurs caractéristiques, c’est qu’ils sont extrêmement irritants. Au pire, vous pouvez ressentir la douleur musculaire ou avoir une difficulté respiratoire (Asthme). Ces rougeurs peuvent être accompagnées par des égratignures. Celles-ci sont susceptibles d’entrainer des infections. Dans ce cas, les symptômes sont encore plus graves.
Par ailleurs, certaines personnes atteintes du syndrome de Skeeter développent également l’urticaire, l’anaphylaxie et des fièvres, qui peuvent durer une ou deux semaines. Les vomissements ainsi que la gorge serrée font également partie des symptômes courants du syndrome de Skeeter.

Comment savoir si on est allergique aux piqûres de moustique ?

Les premiers symptômes du syndrome de Skeeter apparaissent généralement dans les heures qui suivent la piqûre. Les enfants sont quant à eux très sensibles aux allergies. C’est ce qui fait que les premiers signes de cette allergie peuvent être apparus chez eux, 20 minutes après leur exposition.

Pour déterminer si vous êtes atteint du syndrome de Skeeter, dès les premiers symptômes piqures moustiques, vous devez vous rendre à l’hôpital ou dans le cabinet d’un allergologue. Celui-ci, grâce aux liquides qui contiennent des allergènes et des petits bâtonnets en plastique, déterminera si vous souffrez vraiment de ce trouble.

L’autre moyen plus sûr et plus rapide pour déterminer si vous souffrez d’un syndrome de Skeeter consiste à faire un test sanguin. En effet, selon plusieurs spécialistes, la sensibilité allergique aux piqûres des moustiques peut être détectée avec ce test.

Si vous ne voulez pas effectuer un test allergique ou un test sanguin, il existe une troisième méthode pour savoir si vous êtes atteint du syndrome de Skeeter. En effet, Il s’agit du test cutané.

Syndrome de Skeeter comment le traiter ?

Il existe essentiellement deux types de traitements pour cette allergie. En effet, si vous souffrez du syndrome de Skeeter, vous pouvez opter pour le traitement médical ou le traitement naturel.

Traitement médical

Dans les pharmacies physiques ou en ligne, vous trouverez des médicaments pour calmer les symptômes ce cette allergie. Les corticoïdes sont les plus conseillés. Ils sont appliqués localement sous forme de gouttes ou de crème. Ils ont la capacité ²de se soulager l’enflure et l’inconfort. Ils réduisent également les rougeurs et les démangeaisons.

D’autres options parmi lesquelles on trouve les antihistaminiques s’offrent à vous. Ces derniers réduisent temporairement les démangeaisons. Ils apaisent la partie piquée par le moustique et procure un soulagement temporaire. Les antihistaminiques sont également propices afin que vous ne puissiez pas contacter ou développer une infection,

Si vous développez des symptômes du syndrome de Skeeter, vous pouvez opter pour un traitement continu par un spécialiste. Cette méthode est très intéressante surtout si vous vivez dans un endroit où vous êtes constamment exposés aux moustiques. Le spécialiste isolera la partie de la salive du moustique à laquelle vous êtes allergique et élaborera un plan d’immunothérapie.

Traitement naturel

Les remèdes maison contre le syndrome de Skeeter sont nombreux. En effet, vous pouvez appliquer sur la région de la piqûre, une pommade antibiotique comme la bacitracine.
Le syndrome de Skeeter peut également être soulagé par les huiles essentielles et l’homéopathie. Pour un résultat efficace, il est conseillé d’associer l’huile essentielle de lavande vraie à l’huile essentielle de géranium rosat. Appliquez deux ou trois gouttes de ce mélange sur les rougeurs quotidiennement.

En ce qui concerne l’homéopathie, vous avez le choix entre la pommade Cicaderma, l’Apis Mellifica 15 CH et le Ledum palustre 5 CH + Caladium seguinum 5 CH. Si vous achetez l’Apis Mellifica 15 CH, il est important de prendre 5 granules 3 fois par jour. Concernant l’homéopathie Ledum palustre 5 CH + Caladium seguinum 5 CH, vous devez prendre 5 granules, 3 fois par jour pendant la durée d’exposition aux moustiques.

Dans votre quête de traitement du syndrome de Skeeter, il est possible de prendre un bain chaud à l’avoine. Celui-ci peut soulager énormément les démangeaisons. Vous pouvez également appliquer une solution de bicarbonate de soude et d’eau plusieurs fois par jour jusqu’à ce que l’enflure et les démangeaisons disparaissent définitivement.

Comment éviter les piqûres de moustique ?

Prévenir vaut mieux que guérir. La meilleure manière de prévenir le syndrome du Skeeter est d’éviter d’être mordu par les moustiques. En effet, à l’intérieur comme à l’extérieur, il est indispensable que vous puissiez prendre certaines précautions.

À l’extérieur, il est conseillé de porter des manches longues et des pantalons pour couvrir les zones de morsure potentielles. Cette astuce est très efficace pour se protéger contre la piqure d’un moustique tigre, insecte qui aime piquer pendant la journée.

Les insectifuges sont également des solutions idoines pour éviter les piqûres des moustiques et le syndrome de Skeeter par ricochet. Pourquoi ne pas utiliser les sprays contenant du DEET ? Cependant, assurez-vous d’utiliser des répulsifs à une concentration de 30 à 40 % si vous passez beaucoup de temps à l’extérieur. Vous pouvez également porter un bracelet anti-moustique.

Les eaux stagnantes sont les nids des moustiques. En effet, ils ont besoin de ces eaux pour se reproduire. Vous devez donc les éliminer autour de vous. Désengorgez également les pots de fleurs. Vous pouvez aussi installer des grillages au niveau de vos fenêtres et portes afin d’éviter l’entrée des moustiques dans la chambre.

En résumé, voilà tout ce que l’on peut vous dire sur le syndrome de Skeeter.

Leave a Reply

Your email address will not be published

2 × 5 =